En Russie
L'histoire se déroule actuellement durant les mois de février et mars 1930.
Réouverture
Après un an, Koldovstoretz réouvre ses portes et devient Mother Russia.
Choses à savoir
300 mots minimum ▲ pas de limite de comptes ▲ un rp minimum toutes les trois semaines ▲ français correct exigé.

 ::  :: Europe :: Royaume-Unis Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La grande guerre » solo

avatar
Pseudo : Brune
Parchemins : 31
Dengi : 51
RP disponibles : 3/3 libres
Crédits : Brune (avatar) Tumblr (gif)

Âge : 65 ans
Surnom : Dima
Portrait : Pierce Brosnan
Statut marital : Veuf depuis plusieurs années
Emploi : Ancien de la CIS (section russe), écrivain, grand voyageur, aujourd'hui directeur de l'OICM.
Allégeances : Neutre
Baguette : 25,2 cm, bois de Padouk d'Asie, plume de phénix

Voir le profil de l'utilisateur
12/8/2018, 17:14


La grande guerre
solo — dmitri nikolaïev


« Je suis de ceux qui croient encore que si la parole d'un homme ne vaut rien, lui non plus. Même s'il est immensément riche. »


30 juin 1914 ;
Une pluie fine voilait l'horizon. On ne discernait plus les lointaines côtes françaises qui faisaient face à l'Angleterre. Le ciel n'était plus que grisaille pesante et humide. Depuis des heures déjà, les nuages déversaient sans discontinuer des flots d'eau douce. Au loin, la Manche semblait tumultueuse. L'été avait pris la teinte de l'automne. A croire que le temps était aussi maussade que le climat politique qui régnait dans toutes l’Europe quelques jours après l'assassinat de l'héritier du trône d'Autriche-Hongrie.

Dmitri s'était installé devant l'une des grandes fenêtres du salon qui donnait sur la plage de galet. Le temps avait fait fuir les curieux qui se baladaient habituellement sur la côte de Brighton. En cette saison, il aurait dû observer des femmes en robes blanches avec leurs ombrelles légères pour les protéger du soleil britannique. Mais tout cela avait céder la place à une brise marine fraîche entremêlé au crachin locale. C'était exotique en comparaison des chaleurs annuels et suffocantes qu'il arrivait à St Petersbourg de connaître. Le politicien russe fumait paisiblement sa pipe, comme si les événements de ces derniers jours n'avaient jamais eu lieu. L'homme semblait serein, le regard toujours brillant de malice.

Derrière lui, installé confortablement dans un imposant fauteuil, son homologue britannique. Ce dernier était entrain de lire la dernière parution de la Gazette du sorcier avec un vif intérêt. Aussi le petit salon était-il plongé dans un silence plus que bienvenue. On avait été à deux doigts d'allumer un feu de cheminée mais Dima était parvenu à le convaincre que cela n'était pas nécessaire. Le sorcier finit par fermer la Gazette et la poser sur la table basse en face de lui. Là, il posa ses mains jointes sur sa bedaine.

- Dites moi cher ami, que pense les sorciers russes de cette sinistre affaire de moldus ? Demanda-t-il.

Dmitri resta un instant encore silencieux, le regard plongé sur le lointain. Finalement, il ôta la pipe de sa bouche et se tourna de trois quart vers son interlocuteur qui observa un temps encore avant de se décider à répondre.

- Vous savez aussi bien que moi que cela ne nous arrange pas, répondit Dima. Quand bien même nous ne sommes pas du même monde, il y aura forcément un impact pour les sorciers du vieux continent. Je vous laisse imaginer les retombées que cela pourrait avoir.

Son interlocuteur arborait un flegme somme toute très britannique, bien que le russe sentait que cette réponse ne lui plaisait pas.

- Malheureusement nous sommes pieds et poings liés, les sorciers ne peuvent pas se permettre d'intervenir. Imaginez ? Une guerre entre sorciers ?! Disait-il. Ce serait catastrophique. Tous les gouvernements sorciers s'accordent sur le faite que nous ne pouvons pas prendre part à cela, après tout ce sont les gouvernements moldus qui ont passé des alliances entre eux, pas les gouvernements sorciers.

Dima posait sur lui un regard empli de malice. Il pensait la même chose que le sorcier britannique. Les sorciers n'avaient pas à interférer dans les conflits des non-maj. Cela voudrait dire qu'ils se condamnait à subir les conséquences de cette monté en tension.

- Alors il va nous falloir encaisser la guerre qui se prépare, sans savoir combien de temps elle va durer. Après tout ce n'est pas la première fois que nous devons subir ce genre de chose.

Quelqu'un frappa à la porte du petit salon. La porte s'ouvrit pour laisser entrer la maîtresse de maison qui portait un plateau sur lequel était posé un service à thé en porcelaine de chine. Dmitri lui adressa un sourire charmeur tandis qu'elle déposait le plateau sur la table basse. L'homme remit la pipe à sa bouche avant de laisser échapper un peu de fumée à la commissure de ses lèvres.

- Du sucre ? Demanda-elle.
- Pas pour moi, merci, répondit Dima.
- Tu m'en mettras deux je t'en prie ma chère.

Sitôt elle s'exécuta, servant le thé avant d'y ajouter les deux sucres dans la tasse de son mari. Une délicate odeur de jasmin venait embaumer la pièce. Une fois le service fait, elle laissa les deux hommes à leur conversation politique. Dmitri pris place dans l'un des autres fauteuils au côté de son interlocuteur.

- Nous devons avant tout penser aux nôtres, faire en sorte qu'ils aient le moins possible à souffrir de tout cela.
- Je suis du même avis que vous, dit le russe. Prendre des dispositions afin que chaque sorcier et sorcière n'ait pas à craindre pour sa vie.
- Vous semblez penser que nous courrons à la guerre.
- Pas vous ?

Dmitri prit la tasse de thé et la porta à ses lèvres pour boire une première gorgée, là il se mit un peu plus à son aise dans le fauteuil tout en écoutant la réponse de son homologue.

- Je crois naïvement que les dirigeants moldus peuvent éviter la guerre, avoua le britannique. Mais nous savons vous et moi qu'ils sont plus promptes à se battre qu'à se tendre la main en gage de paix.

Le politicien russe se mit à observer le font de sa tasse comme pour y voir quelque chose. Mais il ne voyait qu'un liquide ambré qui dégagé de légers volutes de fumée parfumée. Lui qui avait parcouru le monde à la rencontre des peuples et de leur culture, qui avait appris bien des choses au contact de populations non-maj, il était le premier à croire à une guerre inévitable. Il aurait voulu être aussi naïf que son homologue, mais il n'y parvenait pas. Il avait cessé de croire que les pays d'Europe de l'Ouest étaient bienveillants. Quand bien même ils étaient plus éduqués et évolués sur bien dans bien des domaines, il y avait toujours quelque chose de très régressif et primaire dans leur regard sur le monde. Leur puissance les rendaient oppressants, comme une injonction à les craindre plus qu'à les voir comme des alliés. La Russie n'était pas meilleure à ce jeu là.

- L'avenir nous le dira mon ami, répondit Dmitri. L'avenir nous le dira…

28 Juillet 1914 ; L'Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Serbie.
1er Août 1914 ; L'empire allemand déclare la guerre à l'empire russe.


Dmitri Nikolaïev
To understand yourself, you have to find yourself ∆ belladone.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Grande guerre du Nord
» La Grande Guerre - 14-18
» Guerre gobelin et honneur des Marteaufoudres [terminé]
» Mémorial des Braspartiates dans la Grande Guerre : 1917
» Mémorial des Braspartiates dans la Grande Guerre : 1916

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Europe :: Royaume-Unis-
Sauter vers: